Sous-dossier 1 - "Prostitution Amérique - Originaux"

Zone d'identification

Cote

CH CGR 001_GR-A-1-5-3-1-1

Titre

"Prostitution Amérique - Originaux"

Date(s)

  • 1978 - 1988 (Accumulation)

Niveau de description

Sous-dossier

Étendue matérielle et support

Coupures de presse, documents associatifs, env. 25 ff.

Zone du contexte

Nom du producteur

(1929-08-11 - 2005-05-31)

Notice biographique

Grisélidis Réal est née le 11 août 1929 à Lausanne, en Suisse. Enfant, elle vit plusieurs années en Egypte puis en Grèce, suivant son père directeur de l’école suisse. A la mort de ce dernier, en 1935, elle retourne en Suisse avec sa mère et ses deux soeurs.
En 1949, elle est diplômée de l’école des arts décoratifs de Zürich, et épouse Sylvain Schimek, dont elle divorce peu après. Elle donne naissance à quatre enfants, de trois pères différents : Igor en 1952, Léonore en 1955, Boris en 1956 et Aurélien en 1959.
En 1961, elle part pour Münich avec Léonore et Boris, pour suivre Bill, étudiant en médecine schizophrène. Sans le sous et devant subvenir aux besoins de ses deux jeunes enfants, elle commence à exercer la prostitution. Après sa séparation d’avec Bill, elle fait en 1962 la rencontre de Rodwell, soldat noir américain, avec qui elle vit une aventure brève mais passionnée. Emprisonnée en 1963 pour traffic de majijuana, elle ne peut suivre Rodwell qui rentre aux Etats-Unis. A sa sortie de prison, Grisélidis Réal rentre en Suisse et reprend son activité de prostituée. Elle s’interrompt momentanément en 1969, pour se consacrer à l’écriture. Après un séjour de plusieurs mois à Tunis, en compagnie d’un amant ancien prisonnier, elle s’installe entre Paris et Genève. En 1974 paraît “Le noir est une couleur”, racontant ses aventures munichoises. En 1975, elle rejoint la révolte des prostituées françaises, en lutte contre les répressions policières, et en 1977, de retour en Suisse, à Genève, elle reprend le travail du sexe tout en continuant ses activités militantes. Elle organise plusieurs conférences et congrès, tant à Genève qu’à l’international, et entretien une correspondance avec les grands mouvements de lutte pour les droits des travailleurs et travailleuses du sexe. Elle crée, dans son appartement, le “Centre de documentation international sur la prostitution”, et rassemble de nombreux documents et dossiers thématiques.
En 1991 paraît “La passe imaginaire”, fruit de sa correspondance avec l’écrivain français Jean-Luc Hennig. En 1995, Grisélidis Réal prend sa retraite. Elle décède d’un cancer le 31 mai 2005. En 2009, sa dépouille est transférée au cimetière des Rois, où reposent les grands magistrats et personnalités importantes de Genève.
Certains de ses autres textes sont publiés à titre posthume : “Les Sphinx” en 2006, “Suis-je encore vivante ? Journal de prison” en 2008 et “Mémoires de l’inachevé” en 2011.

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

Contient des copies des documents d'établissement de Johns and Call Girls United Against Repression, Inc., et des appels et annonces de la Convetnion des prostituées organisée par Coyote à San Francisco, traduits en français.

Accroissements

Mode de classement

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Conditions de reproduction

Langue des documents

  • anglais
  • français

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Instruments de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Descriptions associées

Zone des notes

Note

A6

Identifiant(s) alternatif(s)

Mots-clés

Mots-clés - Sujets

Mots-clés - Lieux

Mots-clés - Noms

Mots-clés - Genre

Règles et/ou conventions utilisées

Langue(s)

  • français

Sources

Zone des entrées

Sujets associés

Personnes et organismes associés

Genres associés

Lieux associés